Adoption définitive de ma résolution pour davantage de télétravail pour les travailleurs frontaliers

🏛 A la suite de son examen et de son adoption le 9 janvier 2022 en commission des Affaires européennes, j’avais porté son inscription à l’ordre du jour de la commission saisie au fond pour examen, à savoir la commission des Affaires sociales.

👉 C’est chose faite avec l’adoption de ma version de la proposition de résolution européenne dont j’étais le rapporteur, pour augmenter le télétravail des travailleurs frontaliers et travailler à la création d’un statut européen du frontalier.

En date du 21 février 2022, le texte de la proposition de résolution, adopté par la commission des Affaires européennes, a étéconsidéré comme adopté par la commission des Affaires sociales. Richard Ferrand – Président de l’Assemblée nationale, a donc signé hier le 9 mars 2022, la résolution nº 819 visant à l’augmentation du télétravail des travailleurs frontaliers et à mener une réflexion européenne sur le statut des travailleurs frontaliers. https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/dossiers/ppre_teletravail_frontaliers

🗣 Ce dernier étage de la fusée nécessaire va ainsi permettre à ce texte que j’ai porté, de poursuivre son chemin au-delà de notre Parlement. Fort de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne, je ne manquerai pas de m’entretenir prochainement avec notre Secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes, Monsieur Clément Beaune, pour que notre pays puisse soumettre cette résolution à l’ensemble des Etats-Membres de la vie communautaire. Des discussions pourront donc s’ouvrir au niveau européen, et en cas d’échec, cela pourra passer par des accords bilatéraux entre pays (dont nous savons que les relations entre la France et le Luxembourg n’ont jamais été aussi bonnes que depuis 2017). 

✍️ Considérant que la situation sanitaire nous a amenés à reconsidérer le télétravail et le statut du frontalier, il y a donc des décisions àprendre dans l’intérêt des frontaliers, dont je continuerai à porter la voix jusqu’au bout de mon mandat actuel.