Première partie du projet de loi de finances pour 2019 : produits de protection pour incontinence

La France étant l’un des rares pays de l’Union européenne qui ne rembourse pas ou n’applique pas un taux de TVA réduit sur les protections pour incontinence, j’ai défendu cet amendement.

En effet, ce moment de la vie délicat de nos aînés est une charge financière importante et surtout, un produit de première nécessité, telle que l’avait instauré la loi de finances pour 2016 en appliquant un TVA réduit pour les tampons et serviettes hygiéniques féminines (avec les propos que vous connaissez de l’ancien secrétaire d’État au Budget).

Dès lors à l’heure où nous souhaitons mieux accompagner nos aînés, je ne peux que regretter le rejet de cet amendement malgré un recomptage de la Commission.

2018-10-19T12:01:42+02:00 11/10/2018|A l'Assemblée, Commission des Finances|