Question sur l’A31 bis

Je vous informe par la publication ci-dessous de la question écrite que je viens d’adresser au Ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports (Journal Officiel du 27 février 2018) :

« M. Xavier Paluszkiewicz alerte Mme la ministre, auprès du ministre d’État, ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports, sur les problématiques d’engorgement et de migrations pendulaires de l’axe autoroutier A31 Thionville-Luxembourg. Dans le cadre de la future loi de programmation et de financement des infrastructures prévue au premier semestre 2018 et suite au rapport du Conseil d’orientation des infrastructures sous la présidence de M. Philippe Duron, il est rappelé qu’il est raisonnable de considérer le projet de l’A31 bis en trois phases distinctes, correspondant à trois sections : la partie sud entre Toul et le nord de Nancy, la section centrale entre Nancy et Metz et la partie nord entre Thionville et la frontière luxembourgeoise. Il rappelle qu’au vu de la situation de congestion de cet axe autoroutier privilégié quotidiennement par plus de 90 000 frontaliers français, il est important d’agir urgemment mais avec prudence quant aux solutions de financement de cette dernière. La solution préconisée par le rapport du COI-Duron du 1er février 2018, explicitée par le recours à une mise en concession et matérialisée par un acquittement du péage sans arrêt à une barrière, solution dite free flow semble injustifiée au vu du fait que ces mêmes frontaliers engorgent un autre axe, en prenant l’A30 puis la RD16, pour rejoindre le Luxembourg. Il lui demande quelles seront les mesures qu’elle prendra dans le cas de l’augmentation substantielle du trafic sur l’A30 et RD16. La problématique des migrations pendulaires ne sera pas résolue par la mise en place de cette concession, il affirme qu’elle sera simplement déplacée géographiquement en raison de la spécificité du territoire transfrontalier. »

2018-06-08T11:37:31+02:00 27/02/2018|Questions au gouvernement|