Luxembourg et la situation des infirmiers français

A la suite du reportage, tenais-je à souligner de nouveau l’urgence de l’organisation de l’offre de soins dans le Nord-Lorrain. Ce témoignage réaliste du personnel de l’Hôtel-Dieu de Mont-Saint-Martin marque une nouvelle fois toute la spécificité de notre territoire et de la priorité à laquelle le gouvernement se doit de réagir sur cette situation héritée et non traitée par les précédents.

Alors que le Pays-Haut fait face à des besoins spécifiques que l’offre de soins actuelle peine déjà à combler, il nous faut apporter davantage de soutien de l’Etat à cet Hôpital qui rencontre de réelles difficultés de recrutement laissant ainsi pour seule solution des personnes intérimaires palliant le manque de personnel dû un manque d’attractivité territoriale. Cette concurrence avec le Luxembourg rend plus difficile le recrutement d’infirmiers et d’infirmières sur notre territoire. Il faut que l’Agence Régionale de Santé Grand Est continue à ouvrir davantage de places de formation (les crédits sont en hausse) afin d’éviter ce vase communicant en faveur du Luxembourg.

En lien avec ClĂ©ment Beaune, SecrĂ©taire d’État chargĂ© des Affaires europĂ©ennes, et Olivier VĂ©ran, Ministre des SolidaritĂ©s et de la SantĂ©, je continuerai Ă  porter une offre de co-partenariat et la nĂ©cessitĂ© d’une convention entre la France et le Luxembourg.

Dès lors, tout me laisse à penser, ce sujet sera bien inscrit à l’ordre du jour de la prochaine Commission intergouvernementale franco-luxembourgeoise.